This website uses cookies to improve your user experience.

Click "I agree" or any link to accept these cookies. To learn more about how we use cookies, you can read about them here.

menu
FR
Back to menu

Choose your language

Infos

A quoi ressemblera la mobilité de demain ?

A l’heure du changement climatique, comment nous déplacerons-nous demain ? Cette question, Luc Gwiazdzinski* se la pose au quotidien dans le cadre de ses activités de géographe et d’urbaniste attaché à l’université Grenoble-Alpes.

On se situe à une époque de basculement énorme. Les villes sont devenues des espèces de pulsations qui attirent les habitants la journée et les expulse plus loin, à environ 1 heure de l’hyper centre, le soir. Les temporalités et les espaces de vie se sont éclatés. La mobilité est un enjeu particulièrement prégnant”, introduit ce spécialiste. A entendre Christophe Najdovski, maire adjoint en charge de la mobilité et de l’espace public à Paris, ce n’est pas la voiture qui répondra au défi du déplacement de demain. Au coeur des solutions de mobilité urbaine : le vélo ! A condition toutefois qu’il soit connecté aux autres modes de transports. “Cela suppose de réfléchir l’individu dans la ville à partir d’un parcours, alerte notre universitaire. Concrètement, la personne devra être en mesure de savoir quels transports emprunter - en temps réel et à quel prix - pour relier l’endroit où elle se trouve à un autre point de de la ville - voire à l’autre bout du monde - sans qu’elle n’ait par exemple à se soucier de l’endroit où elle garera son vélo”. La question des parkings réservés aux cycles (et notamment aux cycles électriques que les propriétaires rechignent à laisser dans la rue) doit donc être appréhendée dès aujourd’hui. “A Paris, nous travaillons déjà sur du stationnement sécurisé dans les grands pôles d’échange comme les gares”, informe Christophe Najdovski néanmoins conscient qu’il faut enclencher la vitesse supérieure pour inciter les Parisiens encore réticents à l’idée de pédaler. “La France doit maintenant engager une approche métropolitaine qui ne se limite pas aux frontières administratives de la ville pour booster les déplacements inter-communaux”, justifie-t-il. Une manière polie d’en appeler à la responsabilité de l’Etat.


* Il est également l’auteur de :
2017, Chronotopies, Lecture et écriture des mondes en mouvement, Elya

2016, L'hybridation des mondes, Elya