This website uses cookies to improve your user experience.

Click "I agree" or any link to accept these cookies. To learn more about how we use cookies, you can read about them here.

menu
FR
Back to menu

Choose your language

Blogs

Shimano STEPS – J’ai testé le vélo électrique

Novice devant l’éternel s’agissant de vélo à assistance électrique (VAE), j’ai profité du récent achat de ma mère pour tester son nouveau bolide durant les vacances d’été. Bien mal m’en a pris : j’ai peur de ne plus pouvoir m’en passer !

J’appréhendais un peu de me faire « embarquer » au départ en réglant mal une vitesse ou en poussant trop fort sur les pédales. Que nenni ! La pratique du VAE est on ne peut plus simple. Il suffit de bien régler sa selle et de se lancer. Lorsque j’ai démarré, j’ai un peu pédalé « dans la semoule ». J’ai donc immédiatement changé de vitesse et le reste s’est fait tout seul : quand je souhaitais accélérer, j’augmentais la cadence de pédalage et, a contrario, quand je voulais décélérer, je la diminuais ; c’est aussi simple que ça. Si le terrain devenait un peu trop difficile ou pentu, je n’avais qu’à changer de vitesse, comme je l’aurais fait avec un dérailleur sur un vélo traditionnel… l’assistance en moins !

J’ai particulièrement apprécié le VAE les jours où je décidais d’emmener mon fils de deux ans en promenade. Maintenant qu’il flirte avec les 15 kilos, sur un vélo standard, il est un peu trop lourd à porter. Avec l’assistance, j’avais l’impression d’être seule à bord de mon véhicule ! J’ai également eu beaucoup de plaisir à l’utiliser pour aller au marché. Le petit derrière, le panier rempli de fruits et légumes devant, je n’ai jamais peiné, même dans les montées. Mon conjoint - condamné à utiliser un VTT « classique » - suivait péniblement car, en deux coups de pédales, je montais facilement à 20 kilomètres/heure. J’aurais pu rouler longtemps à cette allure sans me fatiguer. C’est formidable et en même temps, un peu déroutant ne pas sentir « travailler » ses cuisses et ses mollets. Avec le modèle de ma mère, la seule solution pour ressentir l’effort aurait consisté à couper l’assistance électrique. Or comme le VAE est par nature plus lourd du fait de poids du moteur et de la batterie (de 20 à 30 kilos selon les modèles), l’exercice devient trop difficile. Mais en dehors de cette mini déconvenue, j’avoue avoir été largement conquise. Maman a d’ailleurs bien compris que lorsque je suis là, elle ne peut plus poser une fesse sur sa selle !